Devenir partenaire

ça m'intéresse
DÉCOUVREZ NOS CHÈQUES CADEAUX
je réserve
DERNIÈRES MINUTES À SAISIR
accès carte interactive
Vous êtes ici : › Pourquoi les régimes font-ils, au final, grossir ?

Pourquoi les régimes font-ils, au final, grossir ?

Pourquoi les régimes font-ils, au final, grossir ?

 

 

Faire un régime !! Être mince... Voilà une idée bien ancrée depuis de longues et nombreuses années dans la tête de bons nombres d’entre nous !!

Pourtant, nous le savons, nous reprenons souvent (pour ne pas dire toujours) tout le poids perdu dès que l’on se relâche. Une neurobiologiste américaine, Sandra Aamodt, explique dans son livre « Pourquoi les régimes font grossir » qu’ils ne peuvent pas aider à maigrir durablement. À partir de données scientifiquement établies, de sa connaissance des neurosciences et de la biologie humaine, l’auteure, elle-même en surpoids, essaie de nous réconcilier avec l’un des actes les plus naturels et vitaux qui soit : manger.

Voyons ensemble ses propos :

Les régimes sont inefficaces parce que : le cerveau a une fourchette de poids visée

« Souvent, si les gens sont obèses, c’est parce que leur cerveau considère que ce poids est juste pour eux. Si une personne ayant un poids initial de 60 kg suit un régime et passe à 40kg, son cerveau décrétera l’état d’urgence et se servira de tous les moyens à sa disposition pour ramener le poids à la normale »

« Contrairement à la croyance populaire, le processus ne semble pas réversible. Le maintien du poids corporel au-dessous de la fourchette visée, même pendant des années, n’incite pas le cerveau à considérer cet état de minceur comme un nouvel objectif. Cette persistance est la raison fondamentale qui explique la difficulté à maintenir une perte de poids. »

« Il a été démontré qu’au lieu de faire maigrir durablement, les régimes mettent les gens sur la voie de la prise de poids. En quatre ans, deux personnes au régime sur cinq finissent par peser plus lourd qu’avant. Comme la diète a plus tendance à faire grossir les gens qu’à les faire maigrir à long terme, la prévalence des régimes au cours des dernières décennies pourrait bien être une cause de la hausse de l’obésité. »

Retenons ceci : le poids idéal n’est pas celui que l’individu se fixe mais celui que le cerveau décide, sur la base d’éléments génétiques et d’expériences de vie. Ce poids de référence s’inscrirait dans une fourchette d’environ cinq kilogrammes. Des personnes qui font de l’activité physique se situant plutôt vers le bas et les sédentaires vers le haut. Il peut augmenter au cours de la vie. Ainsi, une personne qui grossit et qui reste en surpoids plusieurs années verra son poids cible augmenter car le cerveau considérera le nouveau poids comme la référence. «Pour le cerveau, il n’y a pas de surpoids, juste un poids stable à défendre», clarifie Sandra Aamodt.

Malheureusement, l’inverse n’est pas vrai et tous les régimes du monde ne permettront pas d’abaisser son seuil. Pour connaître ce fameux poids de référence, il faut, selon elle, manger uniquement en cas de faim et arrêter de manger une fois rassasié. En six mois environ, le poids se sera stabilisé à sa valeur de référence.

Les régimes sont inefficaces parce que votre système énergétique veille au grain

« Beaucoup de gens pensent que les régimes se résument à un simple conflit entre la volonté et la tentation alors qu’en fait, cela implique de multiples systèmes cérébraux ayant chacun leurs priorités. Le système d’équilibre énergétique (le thermostat pondéral) essaye de garder notre poids dans la fourchette de poids visée par le cerveau, tandis que le système hédonique (de récompense) nous pousse à manger des aliments riches en calories.

Lorsque notre poids est revenu dans la fourchette de poids visé par le cerveau, le système d’équilibre énergétique se calme et notre appétit redevient normal. Mais à cause du temps que nous avons passé à réprimer et à ignorer la faim, nous sommes devenus moins réactifs aux signaux qui nous disent d’arrêter de manger. C’est l’occasion qu’attendaient les systèmes de récompense et d’habitude pour intervenir et prendre les choses en main, ce qui entraîne encore plus de prise de poids »

Les régimes sont donc voués à l’échec.

«D’après les données optimistes, 80 % des personnes qui s’efforcent de perdre du poids le reprennent dans les années qui suivent, tandis que d’autres considèrent que le taux est plus proche de 100 %», clarifie-t-elle. Et encore, quand les kilos repris ne sont pas plus nombreux qu’au départ. «Quinze études à long terme incluant des personnes au régime montrent qu’elles ont plus de risque de devenir obèses que celles qui ne font pas de régime, en particulier quand le poids de départ est normal», explique Sandra Aamodt. Ce phénomène s’expliquerait par une réaction du cerveau qui favoriserait la prise alimentaire et le stockage en prévision d’une nouvelle période de restriction mais aussi par un changement durable du métabolisme provoqué par le régime. «Le corps dépense moins de calories pendant le régime pour économiser ses ressources et continue à travailler à ce rythme quand la personne se remet à manger normalement et ce, jusqu’à ce qu’elle ait retrouvé son poids normal», explique-t-elle.

Les régimes sont inefficaces parce qu’ils nous stressent !

« Le stress engendré par les régimes ou l’insatisfaction corporelle provoque souvent une prise de poids et donc encore plus de stress. Les personnes qui se situent à l’extrémité basse ou en dessous du juste poids maigrissent généralement lorsqu’elles sont stressées tandis que celles qui se situent à l’extrémité haute ou au-dessus de la fourchette de poids normal ont plus de risques de grossir.

Etant donné que le cerveau n’accorde aucune importance à la raison qui fait qu’une personne s’alimente moins (une disette ou un régime produisent le même effet sur le système d’équilibre énergétique) il n’est donc pas surprenant qu’un régime augmente la libération d’hormones de stress. Le stress entraîne la prise de poids, car les hormones de stress incitent à manger en creusant l’appétit et en réduisant l’efficacité des signaux de satiété (…) La libération d’opioïdes endogènes amplifie le pouvoir de récompense de la nourriture appétissante de sorte que la séquence « le stress incite à manger pour se réconforter » a de bonnes chances d’être retenue et répétée. »

C’est un cycle infernal : les régimes stressent les gens, ce qui leur fait prendre du poids, surtout après la fin du régime. C’est un véritable programme de survie que notre cerveau a mis en place !! Et vous l’avez compris, ce programme est lié aux émotions.

Que peux faire l’hypnose dans tout cela ?

Grâce à cet outil qu’est l’hypnose, nous avons accès à notre inconscient, qui représente 80 % du fonctionnement de notre cerveau et qui est le siège de nos émotions. C’est plutôt une bonne nouvelle car cela va permettre de modifier le programme mis en place et ainsi le désactiver durablement.

En libérant les émotions enfouies, en les exprimant, nous pouvons revenir à la source du programme étable et ainsi le désactiver.

C’est exactement ce que l’accompagnement en gestion du poids vous propose, après avoir appris à écouter votre corps et ses besoins biologiques, le travail que je vous propose est basée sur la libération de ces émotions, et la désactivation de ce programme de survie.

Retrouver un équilibre émotionnel pour se faire confiance et lâcher-prise sur son poids permet au cerveau de trouver son poids de référence, en accord avec ce que vous êtes.

Les autres articles de Estelle Boulanger :

Les émotions et la perte de poids
Apprendre à mieux gérer ses émotions à chaque instant

 
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Moyen de paiement sécurisé
Livraison offerte
Livraison gratuite
immédiate par email ou sous 24h par courrier